Annexe22 : Quand les étoiles tombent du ciel

Annexe22 : Quand les étoiles tombent du ciel Sali Muller, Quand les étoiles tombent du ciel, 2020, ©Sali Muller

par Sali Muller 
Installation vidéo, 2020 

Vernissage le 17 avril 2021, 11h-13h  
Réservation obligatoire par
téléphone au 2883 2022 pour
un des 4 créneaux
11h00 – 11h30, 11h30 – 12h00,
12h00 – 12h30, 12h30 – 13h00


Exposition du 17 avril au 12 juin 2021 

« Atteignons les étoiles » 

Certaines nuits, lorsque les conditions sont bonnes, nous avons la chance d’observer quand les étoiles tombent du ciel, ce phénomène mieux connu sous le nom d’étoiles filantes ou de pluie de météorites.  

Le désir de s’immerger dans l’infinité de l’univers pour l’étudier est depuis la nuit des temps un rêve de l’humanité. Les nouvelles constellations de l’artiste Sali Muller transforment l’espace en un paysage de projection magique et sensuel. Son œuvre aborde la perception de la réalité et tente de donner corps à l’invisible par le regard et la pensée.  

Par le changement de perspective du spectateur, les nuances de couleurs et les étoiles fluctuent, la situation spatiale se transforme. Les repères visuels sont troublés : le regard est attiré au-delà de ces surfaces et motifs réfléchissant la lumière. Au même moment, le sol semble s’ouvrir et relie l’ici à la représentation de ce qu’il y a derrière : les spectateurs.rices sont attiré.e.s dans la galaxie d’étoiles de Sali Muller. Les conceptions du temps présent, de l’avenir et de l’(in-)finité évoluent et s’amplifient. 

L’artiste Sali Muller, dans ses installations et sculptures, se sert des surfaces réfléchissantes afin de susciter des sentiments universels tels que le doute de soi, la réflexion sur soi et la connaissance de soi. Elle analyse et questionne également les concepts d’égoïsme, de vanité et, pour finir, le paroxysme de notre culture visuelle. À travers l’utilisation de surfaces réfléchissantes, de vidéos, d’installations lumineuses et sonores, l’artiste explore le rôle de l’individu dans son rapport à lui-même et à son environnement. Le besoin narcissique de remise en question et l’aliénation de l’Humanité vis-à-vis de la Nature conduisent tous deux à la problématique de la conscience de soi. 

Sali Muller (*1981) vit et travaille à Luxembourg. 

Sali Muller a étudié à l’UMB, l’Université Marc Bloch de Strasbourg (F), où elle a obtenu son diplôme de master en arts plastiques. Elle a été invitée à se joindre à des expositions collectives telles que la Regionale au Kunsthaus Baselland à Bâle (CH), l’OSTRALE Biennale für zeitgenössische Kunst (D), la Galería Luis Adelantado à Valence (E), la Galerie Zidoun-Bossuyt et la Galerie Nosbaum Reding à Luxembourg. La première exposition de ses œuvres dans un musée fut celle de l’IKOB-Musée d’art contemporain en Belgique, suivie de celles du Kallman-Museum à Munich (D), du MAC Museo d’arte contemporanea de Lissone (I) et du Kunstmuseum Gelsenkirchen (D). L’Œuvre de Sali est exposée dans des galeries en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne et en Italie. Ses travaux peuvent ainsi toucher un large public à l’occasion de foires réputées, telles que Volta Basel, Estampa et Art Rotterdam. Parmi ses projets en cours, citons le projet d’exposition monographique à la Galeria Kogan Amaro à São Paulo et au MAMA, Musée public national d’art moderne et contemporain d’Alger.  

www.salimuller.com 

Lieu :
Annexe22
Place de la Résistance (Brillplaz)
Esch-sur-Alzette

Du 17.04.2021 au 12.06.2021

Je/Ve : 14-18h
Sa/Di : 11-18h
Fermeture les jours fériés

Esch2022 Capitale européenne de la culture,
c’est beaucoup plus qu’une ville. C’est tout un territoire.

En visitant esch2022.lu, vous acceptez que nous utilisions des cookies pour pour fournir un service plus personnalisé et réactif. En savoir plus