Zoom sur les projets : « Auguste Trémont en 2022 – Une rencontre revisitée »

Zoom sur les projets : « Auguste Trémont en 2022 – Une rencontre revisitée » Auguste Trémont, « Tigre Couché », pastel sur papier, 1923, œuvre de la collection du Mnha. ©Musée national d’histoire et d’art. Photo : Tom Lucas

Exposition à la Galerie Schlassgoart 

Né en 1892, Auguste Nicolas Trémont est un peintre et sculpteur luxembourgeois, spécialisé dans la sculpture animalière. Après ses études à l’École d’artisans de l’État à Luxembourg, il s’inscrit à l’Ecole nationale des Arts décoratifs et à l’Ecole nationale des Beaux-Arts à Paris. La Première Guerre mondiale le surprend lors d’une visite à Luxembourg. Auguste Trémont est bloqué au Grand-Duché et le maître de forges Aloyse Meyer l’engage comme dessinateur technique à l’usine sidérurgique de Dudelange. Ce travail lui donne l’occasion de perfectionner ses compétences techniques en dessinant aussi des ouvriers métallurgistes en action. À partir de 1919, Trémont s’établit de nouveau à Paris où il se spécialise d’abord dans les portraits, les paysages et les natures mortes. Puis ses thèmes s’orientent vers la peinture et la sculpture animalière alors qu’il visite régulièrement le Jardin des plantes et le Jardin zoologique. En 1927, Trémont participe avec les artistes luxembourgeois avant-gardistes (Kutter, Cito, Klopp, Rabinger et Schaack), en tant que co-fondateur, au « Salon de la Sécession » à Luxembourg. En 1924, il réalise ses premières sculptures. La fin des années 1920 et les années 1930 seront des années très productives. C’est durant cette période qu’il exécute les deux grands lions qui ornent l’entrée de l’Hôtel de Ville de Luxembourg. Auguste Trémont rentre définitivement au Luxembourg en 1976.

L’exposition qui lui sera consacrée, de février à avril 2022 dans le cadre d’Esch2022, permettra en premier lieu de situer le travail et la personne de l’artiste dans l’environnement socio-culturel de Dudelange et de la région de la Minette au cours de la Première Guerre mondiale. Des tableaux et dessins réalisés sur la sidérurgie et ses ouvriers dans l’usine de Dudelange seront exposés dans la grande salle de la Galerie Schlassgoart. La suite de l’exposition mettra en exergue des points forts assortis de l’œuvre de l’artiste en tant que peintre et sculpteur animalier. Parallèlement, la conception permettra une interprétation contemporaine de l’œuvre : le sculpteur luxembourgeois Eric Schumacher participera à la scénographie en développant une intervention artistique résultant d’un dialogue personnel avec l’univers de Trémont. L’une de ses missions sera sans doute de présenter deux sculptures quelque peu hors du commun : deux lions qui constituent les modèles en bronze des lions marquant le Parvis de la Mairie à Luxembourg-Ville. Réalisés en 1932, une de ces deux sculptures a été offerte en cadeau à Sir Winston Churchill après la Deuxième Guerre mondiale, en guise de remerciement du peuple luxembourgeois à la Grande-Bretagne pour son engagement contribuant à la libération du Luxembourg. Nul doute que ces lions feront aussi l’admiration des plus jeunes auxquels seront consacrés des activités pédagogiques. Une publication de circonstance accompagnera l’exposition.

Projet de la Galerie Schlassgoart – ArcelorMittal
Commissaire d’exposition et réalisation : Paul Bertemes, mediArt
Historienne : Fanny Weinquin
Intervention artistique  contemporaine : Eric Schumacher
Partenaire de la  Galerie Schlassgoart : Nathalie Becker

Lieu :
Galerie Schlassgoart
Pavillon du Centenaire / ArcelorMittal

Esch2022 Capitale européenne de la culture,
c’est beaucoup plus qu’une ville. C’est tout un territoire.

En visitant esch2022.lu, vous acceptez que nous utilisions des cookies pour pour fournir un service plus personnalisé et réactif. En savoir plus